L'UJPLA POUR LA SÉCURITÉ DES JOURNALISTES, LA PROMOTION D'UNE PRESSE LIBRE, INDÉPENDANTE ET CRÉDIBLE EN AFRIQUE.

Situation des journalistes au Mali : l’UJPLA appelle au strict respect de la liberté de la presse

Face à l’évolution récente de la situation et du climat politiques  au Mali, l’ Union des journalistes de la presse libre Africaine ( UJPLA) qui a vu le jour pour contribuer à garantir la sécurité des journalistes partout sur le continent africain, appelle les autorités maliennes au strict respect de la Liberté de la presse.

Dans cette phase difficile  et mouvante de la transition politique , l’UJPLA exhorte vivement les dirigeants actuels du Mali à préserver et veiller à l’intégrité physique, morale et matérielle de tous les acteurs des médias dans l’exercice de leur noble et délicate mission d’informer.

La situation de la presse depuis plusieurs années motive cet appel solennel.

En effet et à titre de rappel, de 2012 à 2021,  des directeurs de publication du « Prétoire » Birama Fall, de « L’Indépendant » Saouti Labass Haïdara ont été interpellés par la Sécurité d’Etat. Le journaliste Saouti a  été enlevé et tabassé et laissé pour mort.

La même année, le  confrère du bihebdomadaire « Aurore » Abdrahamane Kéïta a été enlevé par des militaires encagoulés en plein centre-ville de Bamako.

Récemment,  soit le 8 avril 2021 à Gao, dans le nord du pays, le journaliste français Olivier Dubois a été enlevé par des présumés djihadistes.

Quant à Birama Touré, journaliste reporter, il est porté disparu depuis le 29 janvier 2016.

A ce jour, nul ne sait si Birama est vivant ou décédé. S’il est décédé, où se trouve son corps ? Dans quelles circonstances  aurait-il  trouvé la mort ?

Par ailleurs, que s’est-il réellement passé le 2 novembre 2013 à Kidal, au nord du Mali, où Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes de Radio France Internationale (RFI) en mission, ont été enlevés puis assassinés par des hommes armés ?

 Quelles sont les mesures prises pour les journalistes menacés ou violentés ? Qu’est-ce qui est fait pour rendre la presse malienne plus libre ?

Devant toutes ces interrogations et préoccupations,

L’UJPLA  qui, bien évidemment,  réprouve et condamne ces actes inadmissibles, prie, une fois encore et  avec insistance,  les autorités maliennes d’assurer la sécurité des journalistes dans l’exercice de leur profession.

Fait à  Abidjan le 4 juin 2021.

Pour l’Union des journalistes de la presse libre Africaine (UJPLA) ,

Le Président

yao Noel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page