L'UJPLA POUR LA SÉCURITÉ DES JOURNALISTES, LA PROMOTION D'UNE PRESSE LIBRE, INDÉPENDANTE ET CRÉDIBLE EN AFRIQUE.

An 1 de l’UJPLA / Alafé Wakili : La presse avait déjà ses problèmes avant le Covid-19

Photo de famille du premier anniversaire de l’Union des Journalistes de la Presse Libre Africaine (UJPLA) à Abidjan

L’Union des Journalistes de la Presse Libre Africaine (UJPLA) a initié un panel ce jeudi 19 août 2021, à la maison de la presse au Plateau, sur la résilience des médias face à la crise de Coronavirus. Cette activité commémorative de l’an 1 était placée sous le parrainage de Amadou Coulibaly, ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie.

Placé sous le thème « La résilience des médias face aux crises – cas de la crise de Covid-19 », le panel a réuni Alafé Wakili, directeur général de l’Intelligent d’Abidjan et Bernise N’Guessan, directrice générale du Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP).

1er intervenant, Alafé Wakili n’a pas rejeté tous les déboires de la presse sur le Covid-19. Pour lui, la mise sur pied de l’UJPLA en pleine crise de Coronavirus est un signe de résilience, un refus de céder à la fatalité. Sur la question de l’impact, il a été clair. « La presse avait déjà ses problèmes avant le Covid-19. Je ne peux pas dire que le Covid-19 nous a créé plus de problème qu’avant. Par contre, la crise a donné plus d’intérêt à la presse et aux médias (…) La maladie étant bien réelle, il a fallu prendre des précautions face aux difficultés, s’adapter et se réorienter. De nouvelles activités ont fait leur apparition, tandis que les activités anciennes ont été impactées », a estimé Alafé Wakili.

De son côté, Bernise N’Guessan a mis un point d’honneur sur le rôle salvateur joué par la presse, en ce sens qu’elle a favorisé une double résilience. « D’abord à son niveau propre, la presse a été résiliente et elle a également permis à la population d’être résiliente, à travers l’accompagnement de la communication gouvernementale dans la gestion de la crise », a-t-elle salué. Abordant les perspectives, la directrice du FSDP a rassuré que son organe continuera dans la formation, le financement pour le développement des entreprises grâce au fonds de garanti, la formation à l’élaboration de la cartographie des risques et bien d’autres activités.

Notons que UJPLA regroupe, pour l’heure, une trentaine de pays africain et une centaine de membres, selon le président Yao Noël. Elle vise la liberté et la sécurité de tous journalistes en Afrique. Abou Traoré, dont l’investiture est annoncée pour bientôt en est le président section Côte d’Ivoire. Le ministre Amadou Coulibaly était représenté par son Conseiller Technique Agnès Kraidy.

Raphael Okaingni 

Source: infosdivoire.net     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page