L'UJPLA POUR LA SÉCURITÉ DES JOURNALISTES, LA PROMOTION D'UNE PRESSE LIBRE, INDÉPENDANTE ET CRÉDIBLE EN AFRIQUE.

Un panel virtuel de L’UJPLA: La liberté de la presse face aux crises politiques

Le mercredi 23 mars 2022, L’union des journalistes de la presse libre Africaine ( UJPLA) a organisé un panel virtuel sur un thème de grande actualité : ” La liberté de la presse à l’épreuve des crises politiques “.
Ce sujet a été débattu pendant plus d’une heure et a été introduit et animé par deux journalistes émérites.

Le premier était Jean Victor Nkolo, communicateur d’expérience, ancien porte-parole du Président de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies ( ONU), membre d’honneur de l’UJPLA. Le second intervenant était César Etou, Directeur du journal ivoirien LA VOIE ORIGINALE.

Dans leurs exposés liminaires et dans les discussions qui ont suivi entre les membres de L’UJPLA intervenant depuis leurs pays respectifs, tous les intervenants ont admis et insisté sur l’ardente et absolue nécessité pour tous les hommes et femmes des médias, épris de liberté de la presse, de rester collés aux fondamentaux du journalisme : le respect scrupuleux, sacré et religieux des faits, quelles que soient les sensibilités ou opinions personnelles, individuelles. Cela vaut en temps de paix comme en temps de crise. Le respect des faits, est et demeure la pierre angulaire dun journalisme professionnel , crédible, sérieux, ont reconnu et recommandé les panelistes et les participants à ce débat de l’UJPLA.
Il ne faut en rien “’ déformer, travestir, tronquer ou altérer les faits “, ont-ils insisté.
Dès lors, toute partialité est bannie et exclue dans les reportages, qu’ils soient écrits, audiovisuels ou sur les réseaux numériques.

Face à l’actualité des crises malienne et ukrainienne et leurs conséquences sur la liberté de la presse et le sort des médias, il a été admis par tous que tant dans les réactions des journalistes que dans le traitement, par eux, de l’information, l’impartialité, le professionnalisme, l’exactitude des faits, etc, doivent demeurer les principes fondamentaux et la règle de rigueur pour garantir et forcer la crédibilité et le respect du public ( lecteurs, auditeurs, telelespectateurs, internautes ou autres ” followers”) et des décideurs, dirigeants et acteurs publics et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page