L'UJPLA POUR LA SÉCURITÉ DES JOURNALISTES, LA PROMOTION D'UNE PRESSE LIBRE, INDÉPENDANTE ET CRÉDIBLE EN AFRIQUE.

Après la mort d’un journaliste et l’arrestation d’un autre au tchad

A l’heure des manifestations de certains groupes de citoyens Tchadiens,

la sécurité des hommes et femmes des  medias est  mise à mal.

Le jeudi 20 octobre 2022, c’est Orédjé Narcisse  journaliste de la  radio CEFOD qui a été  brutalement tué.

Le lendemain  vendredi 21 octbre, c’est un autre journaliste

Ngomsembaye Voltaire

de la  Radio Lotikoh à Sarh dans le Sud Tchadien, se rendant à la Radio qui a été arrêté par des militaires.

A l’heure où  l’UJPLA écrit  ces lignes ( vendredi après-midi) le confrère est toujours entre les mains de ces militaires. Sa famille  s’inquiéte pour sa sécurité.

L’Union des journalistes de la presse libre Africaine ( U.J.P.L.A) , organisation panafricaine d’hommes et femmes des médias ,  totalement engagée pour la liberté de la presse et la sécurité des journalistes partout sur le continent africain, déplore vivement toutes ces atteintes à la vie, à la liberté, à la sécurité des journalistes au Tchad.

 L’UJPLA  affirme que l’intégrité physique et la liberté des journalistes Tchadiens incombent principalement aux autorités de ce pays et leur demande de prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver la vie, la liberté et la sécurité de ces journalistes.

L’UJPLA s’incline devant la mémoire du confrère tué et présente ses sincères condoléances à sa famille biologique et professionnelle ainsi qu’à l’ensemble de la presse africaine.

Quant à M.

Ngomsembaye Voltaire, l’UJPLA demande purement et simplement sa libération afin qu’il continue d’exercer son métier de journaliste surtout en ces temps de grande actualité dans le pays.

Fait à Abidjan,

le 21 octobre 2022.

Le Président de l’UJPLA Yao Noël .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page